Les établissements de santé publics ou privés doivent disposer au moins d’une chambre mortuaire dès lors qu’ils enregistrent un nombre moyen annuel de décès au moins égal à deux cents.

L’appréciation de la condition définie à l’alinéa précédent s’effectue au vu du nombre moyen de décès considérés au cours des trois dernières années civiles écoulées.

Un établissement de santé cesse d’être soumis à l’obligation prévue au premier alinéa du présent article dès lors que le nombre des décès enregistré en son sein reste inférieur au seuil défini au même alinéa pendant trois années civiles.

Pour l’application du présent article, il est tenu compte des décès intervenus dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées gérés par l’établissement de santé dans les conditions définies à l’article L.6111-3 du code de la santé publique.