Lorsque le décès a eu lieu sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, l’admission du corps en chambre funéraire est requise par les autorités de police ou de gendarmerie.

Un médecin est commis pour s’assurer auparavant de la réalité et de la cause du décès.

Dans les cas prévus à l’article 81 du code civil (cf. annexe 1) et à l’article 74 du code de la procédure pénale (cf. annexe 6), l’admission d’un corps en chambre funéraire est autorisée par le procureur de la République.